Echarri par F. Woimant

logo-bnf_illustration-16-9Si Echarri réalise à vingt ans ses premières gravures en noir et blanc dans un esprit surréaliste, ce n’est que dix ans plus tard, en 1962 qu’elle revient à l’estampe par le «Blanc».

Qu’il s’agisse de ses élastomères tactiles en caoutchouc, de ses sculptures électroniques musicales et lumineuses ou de ses reliefs en papier que seule la lumière anime, on retrouve les mêmes formes abstraites chargées d’énergie vitale, surfaces tendues, boursoufflures éclatées qui confèrent à cette œuvre en « Blanc » malgré un certain parti-pris de géométrie, un aspect tragique.

Françoise Woimant

Conservateur au Cabinet des Estampes Bibliothèque nationale de France.

Extrait du catalogue de l’exposition de Gravures dans Douze Musées allemands, 1972.

ie-2016-dd-1001

Sans titre Référence : IE 2016 DD #1001 Circa 1970 Relief tactile polymère 86 x 55 x 3 cm Collection de l’artiste – Disponible

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s