L’entourloupe « pataphysique »

dsc_0542

Isabel Echarri et Damien Dechavanne, devant l’Acapulco à Formentera

Tout commence par un appel de Lionel, qui me demande, avec son air le plus innocent, si je ne peux pas l’aider à faire quelques photographies d’un atelier d’artiste. L’idée est excitante et l’exercice attise ma curiosité. L’artiste est Isabel Echarri. Elle est plasticienne, graveuse, sculptrice, scénographe.

Par réflexe, je tape son nom sur internet mais n’en retire que peu d’éléments.

Quelques images de ses œuvres, un lien vers la BNF et des articles mettant en lumière sa collaboration avec Diego Etcheverry sur les décors et costumes d’Opéra.

Le rendez-vous est fixé un samedi. Dominique sera également de la partie pour poser son regard personnel et sensible sur l’artiste. Lionel connaît déjà l’ampleur de la tâche et s’est bien gardé de nous en faire part ; Dominique et moi n’avons aucune idée de ce qui nous attend.

Le piège est tendu. Mais l’entourloupe se révèle exquise, jubilatoire et complètement addictive.

Dés la première visite, c’est « comme à la maison » ! Nous sommes accueillis avec une telle gentillesse qu’il est difficile de ne pas se sentir tout de suite à l’aise. Le goûter nous attend. Je perçois immédiatement l’instinct maternel d’Isabel, celui-là même auquel on ne peut rien refuser. Elle est formelle : interdiction de ne pas toucher aux confiseries.

Je ne sais alors que peu de choses de son art, mais la petite femme, dés les premiers instants, séduit autant qu’elle nous touche et nous intrigue.

Me voilà fin prêt à entrer dans son « antre ».

A peine un pied dans l’atelier que Dominique et moi échangeons un regard ; « A présent, nous savons ! »

Mon œil de photographe est en alerte ; il ne sait plus où donner de la tête.

Je perçois tout de suite le potentiel d’un tel lieu pour faire mes clichés. L’atelier, les œuvres, l’artiste ; l’univers tout entier capte le regard et révèle une photogénie incroyable.

Le photographe qui sommeille en moi est ravi, le garçon rationnel un peu inquiet. L’atelier déborde, les œuvres s’empilent infiniment. Des énormes piles de documents en vrac attendent Dominique. Au fur et à mesure que nous découvrons les œuvres, d’autres semblent apparaître comme par magie.

Tableaux et livres-objets foisonnent dans l’atelier. Et les questions fusent dans nos têtes. Par où commencer ? Combien de temps sera nécessaire pour venir à bout de ce trésor caché ?

Une par une, nous découvrons avec enthousiasme les œuvres d’Isabel. Une fois encore, je suis comblé par la richesse visuelle qui s’offre à moi. Chaque tableau, chaque livre-objet recèle d’une multitude de détails que je tente d’isoler dans mes clichés, dans l’espoir d’en percer le mystère et de ne rien manquer du travail de l’artiste. La pâte à papier offre des textures et matières fascinantes à photographier. Les formes, reliefs et moulages permettent des ombres et lumières intéressantes, et je découvre l’œuvre de manière toujours différente, selon l’axe où je me situe.

Les livres-objets sont pleins de secrets et « mécanismes » ; on peut les manipuler, tantôt tourner les pages, tirer des ficelles, ouvrir des fenêtres, découvrir des mots visibles uniquement en contre-jour, etc. Déjà, la silhouette d’Arrabal et l’esquisse de la colombe me semblent familiers. Chaque œuvre à photographier me semble un véritable labyrinthe soigneusement élaboré par Isabel, dont je ne voudrais rien rater, pour mieux tenter de percer le mystère.

L’après-midi a filé à la vitesse de l’éclair, et déjà nous nous séparons, alors que nous n’avons que survolé les œuvres et tout le potentiel de l’atelier.

Arrivé chez moi, je m’affale sur le canapé, épuisé par ces heures intenses. Et je me dis : Vivement la prochaine fois.

Damien Dechavanne raconte la première visite du 27 février 2016

Le 9 avril 2016

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s